slider

Sunday, November 9, 2014

Résumé de notre déplacement Typhoon Race à Longpan (Taiwan):

Andréas Fricke:
Nous sommes sur le chemin de retour et après 9h de vol arrivé à Dubaï. L'enregistrement des pilotes Européans n'a pas posé de problème mais nous allons les poches et les bagages à main plein de ballast. Pas facile à expliquer pour le Tungstène. Heureusement j'ai vendu un Pike avec ces ballastes en laiton.
 
Voici mes idées de cette compétition. Je n’ai certainement pas la science infuse donc ce sont mes observations perso, Cédric ou Reto ont peut-être des idées différents:
  • ne pas analyser les vidéos des voles des champions sur la pente en question = mort
  • venir tardivement au lieu du championnat et de ne pas s'entraîner ou peu = mort
  • ne pas adapter son style de vol et faire comme d'habitude = mort
  • ne pas travailler en équipe pour comprendre ces erreurs ou les ballastes qui faut = mort
Ce sont des réflexes qu’on ne connaît déjà, rien de nouveau donc, mais ca s'appelle préparation et travaille en équipe mais ca manque encore chez les autres et explique en parti les performances décevantes des autres. Par contre, de respecter ces consignes ne garantie pas un bon résultat non plus.
 
Nous avons vu certains, voler trop léger, d'autres trop lourds. Est-ce que nous avons eu les bon ballastes? Je pense que oui. Dans des conditions forte (plus que 15m/s), des petits planeurs se sont bien défendu (Crossove, Needle 100, Highlander), mais dans des conditions faiblissant, même Mister Ô utilisais sont Pitbull lors de l'entrainement. C'est qq chose que nous avons également observé en France.
 
La pente de Longpan est globalement très sécurisante pour y voler, sauf pour voler vite, il faut s'approcher du relief et c'est là ou ca devient chaud, en particulier à droite. Vous avez déjà compris que le vent vient toujours légèrement de gauche. Donc le virage de gauche ce fait en EM et assez coulé.
 
Par contre le virage de droite reste un miracle. Á très grande vitesse (des chronos en dessous de 35sec), l'EM marche mais dès que la vitesse baisse, il faut aplatir pour virer à plat. L'EM est certes spectaculaire et donne l'impression d'aller vite, mais les chronos n'y sont pas. Le pire est le virage vers le bas, car le planeur perde à chaque virage de la vitesse. En regardant Mr. Ô, il fonce sur le rocher qui fait une forme de mini cuvette et utiliser une portance locale pour virer a plat. Pour ce faire, il faut avoir l'œil et des cu....es. C'est le manœuvre que je souhaité faire, certes pas aussi bonnes que les meilleurs, mais suffisamment efficace.
 
La prise d'altitude est évidemment primordiale sur ce type de vol et seul Mr. Ô maitrisé le manœuvre à 4 pompage entre les bases sans être trop tard à se lancer sur la course. Herrig et Gaubatz sont arrivé à la faire dans du gros, mais ont finalement adopté notre stratégie à trois pompage avec une espèce de grande boucle entre les bases avant de sortir vers la gauche. Philou était très fort dans ce manœuvre ainsi que Réto. J'étais le moins bons dans des prises d'altitude, mais j'ai mieux transformé ensuite. J'ai rarement vu voler Cédric, mais en fur et à mesure, il a adopté le style de vol et a su grimper dans le classement.
 
L'attéro reste un rêve, car derrière la route, il se dresse un près en herbe couché qui forme un matelas d'environ 30cm d'épais. Du coup, nous n'avons pas constaté d'endommagement durant toute la semaine.
 
C'était un plaisir de voler sur cette pente. En plus, les gens sont super sympa et nous ont accueillie les bras ouvert.
 
Le reste de mes observations avec une bière dans la main....
 
Andréas
 
Cédric GRANDSEIGNE:
J’ajouterai aussi une chose sur la préparation avant le concours :
En Europe, quand on se pointe sur la pente 1 ou 2 jours avant que la compétition ne débute, on ne croise pas grand monde, et on peut en profiter pour finaliser le réglage de ces machines, et s’habituer au terrain.
A la Typhoon, la moitié des gars était déjà présents sur la pente 5 jours avant la compétition, donc très peu de créneaux de vols…il faut donc arriver entrainé, machines prêtes pour se concentrer uniquement sur la prise de contact avec le site et les trajectoires (prise d’altitude incluse) : ca semble évident, mais on ne choisit pas toujours.
Ca m’a faute, puisque je n’ai pas pu voler comme prévu cet été a cause du charcutage de mon doigt (annulation de Tende, FAI Briançon et FAI Limoncello), et en plus mes machines renforcées sont arrivées fin juillet, au lieu de mars/avril.
 
A chaque vol d’entrainement, j’avais l’impression d’être un pilote de moto GP qui pendant les 5 mn de son run doit a la fois régler ses machines, tout en faisant un bon chrono pour valider les trajectoires, et s’habituer au gros rocher à droite !
 
Ce concours reste le plus beau concours auquel j’ai pu participer, et je ne peux que conseiller le déplacement.
 
Cédric,
 
Réto BLUMER:
J'abonde dans le sens d’Andréas et Ced à 100%.
 
Le travail en équipe, le partage d'expérience pour les trajectoires et le ballastage, le coaching direct en vol d'entraînement pour les trajectoires et en run pour le pompage, étaient des éléments essentiels pour réussir à se tenir près des meilleurs.
 
Finalement, n'oublions pas non plus que cette TR était la compète la moins ventée de Longpan ces 5 dernières années! Si nous avions rencontré des conditions de 20-25m/s, une partie des pilotes et aussi une partie du gratin aurait été à la peine de jouer sur le devant du classement. Parmi les non asiatiques aussi, je pense qu'un tri net se serait opéré entre ceux qui osent et ceux qui restent au dessus de la crête. Parce qu'à 20-25m/s, le caillou de droite montre des dents autrement plus voraces qu'à 10-15m/s ! Mais par vent plus fort il est encore plus primordial de longer le relief droite pour prendre le jus nécessaire pour minimiser au max le combat contre le vent de travers ! Je pense qu'à 25m/s, seule la trajectoire "à la Mr O" est viable au niveau résultats de chrono.
 
En tout cas, s'il faut y retourner demain, je suis partant ! C'est aussi pour moi l'expérience F3F la plus géniale que j'ai eu l'occasion d'avoir dans ma brève carrière.
 
Totally inoubliable :-)
 
A plus
 
Reto
 
Point Matos :
Andréas : Highlander (Entrainement), 3 x Pike Précision
Cédric : 2 x Caldéra R, Jedi, Fosa
Reto : Cyril, 2 x Viper
Philippe : Freestyler 4, Shinto
 
Freestyler 3 und 4 (les taïwanais n'utilisent pas car ils ne croient pas à sa performance), un nombre important de  Pitbull (Ziegler, Gaubatz, Ô et divers asiatiques), je crois avoir vu un  Ceres, un Cyril (Reto), Jedi (Cédric) und Fosa (Cédric), divers Pike Précision, qq Stinger, un Shinto (Philou) et Crossover (Schneider plus qq asiatiques), un ou deux Secrets (réalisation asiatique), un Respect, Radical Jazz (Torp, Edenhofer, Asten) et évidemment plusieurs Needle 100 DS und DSL et un Needle 115 V ainsi qu’un Caldéra R.
 
 

No comments: